Compte-rendu de la commission d'accessibilité de la voirie et du cadre bâti du 2 décembre 2014

Le mardi 2 décembre, Jean et moi-même avons assisté à la commission communale d'accessibilité de la voirie et du cadre bâti de la ville de Caen. Cette réunion était la première organisée par la nouvelle municipalité depuis les élections de mars dernier. Nous avons pu, à cette occasion, faire connaissance avec les nouveaux élus et envisager avec eux comment poursuivre le travail engagé avec la précédente municipalité.

Etaient présents :
Parmi les élus :
- Monsieur Patrick Jeannenez chargé de la qualité du cadre de vie (propreté, voirie, espaces verts), des relations avec les entreprises et du numérique,
Monsieur Philippe Lailler chargé de la sécurité des personnes et des biens, du stationnement, de la circulation et du patrimoine Et Monsieur Antoine Aoun délégué des quartiers Sainte-Thérèse, Demi-Lune, Vaucelles.
Pour les membres du personnel municipal : Monsieur François Guyot, Monsieur Denis Hélouin, Monsieur Nicolas Delahayes, Madame Guénaëlle Constantin et Madame Karine Salliot
Des représentants des associations Cécitix, Valentin Haüy (AVH), Association des Paralysés de France (APF), Handicap Mieux Vivre Accueil (HMVA), et Quand les Sourds Rêvent.

Le tour de table n'ayant pas été fait, il est possible que d'autres personnes aient été présentes et que je les aie oubliées dans cette liste. Si c'est le cas, je vous prie de m'en excuser.

Monsieur Patrick Jeannenez ouvre cette commission en rappelant la loi du 11 février 2005 et son report par un décret de septembre 2014 permettant de déroger à la date buttoir du 31 décembre 2014 à la condition de déposer un Agenda D'Accessibilité Programmée (ADAP).

C'est ensuite Monsieur Philippe Lailler qui prend la parole pour une intervention très courte, rappelant toute l'implication de la municipalité dans la mise en accessibilité des espaces publics, de la voirie et du cadre bâti.

Monsieur Philippe Stéphanazzi (association HMVA) prend la parole pour s'inscrire en faux concernant les propos tenus par Monsieur Antoine Aoun lors de la campagne électorale, propos fort négatifs envers le travail de la ville de Caen pour l'accessibilité.

Ensuite, Madame Guénaëlle Constantin nous présente le bilan de l'année écoulée concernant les feux sonores, les places de parkings pour personnes handicapées et les cheminements. Puis elle nous expose les projets d'accessibilité pour la voirie.
Fin 2014, 142 carrefours sur 200 sont équipés en feux sonores et 534 places de stationnement sont réservées aux personnes handicapées.

Une réflexion est engagée sur les expérimentations en cours concernant les bandes de guidage au sol sur les espaces publics et sur les traversées piétonnes. Actuellement, aucune norme n'a été définie mais nous gardons la possibilité de continuer les expérimentations et de les laisser en place tant que la norme n'est pas sortie.

Une discussion récurrente s'engage concernant les fausses cartes de stationnement (ou macarons) et les personnes disposant de vrais macarons qui sont sanctionnées. Il est noté que l'identification des vrais macarons ou de leurs copies reste aléatoire.

Un point est ensuite soulevé au sujet de la difficulté des personnes en fauteuil roulant pour monter à bord de certains types de bus de Twisto car il y a un décalage entre le quai et le plancher du bus. Pour l'instant, il n'y a pas de solution à ce problème.

Pour faire suite à mon accident, afin d'éviter que cette situation ne se renouvelle, je demande aux élus quel droit de regard la municipalité a sur les entreprises privées qui font des travaux sur la voirie. Ils me répondent qu'ils peuvent seulement agir au niveau des demandes d'autorisation de travaux et qu'ils insisteront sur ce sujet à l'avenir.

Le budget consacré aux travaux de voirie cette année s'élève comme les années précédentes à 300 mille Euros.

Concernant les bâtiments communaux, c'est Monsieur Denis Hélouin qui nous présente la synthèse des travaux réalisés au cours de cette année. Il nous informe de la mutation de Monsieur Patrick Chaignon qui travaillait à la cellule accessibilité des bâtiments communaux. Son remplacement n'a pas été évoqué.

L'association de personnes sourdes, peu présente lors des réunions précédentes, se montre cette fois offensive, indiquant que tant que certains aménagements pour les sourds n'étaient pas mis en place, on ne pouvait pas parler d'accessibilité à cent pour cent. Il est notamment question d'alarmes lumineuses, rarement installées, particulièrement dans les toilettes.
On nous fait remarquer à juste titre que depuis le début de la mise en place de la loi de 2005, la municipalité a surtout œuvré à l'accessibilité des personnes handicapées moteur en ce qui concerne le cadre bâti. Au cours des années qui viendront, les handicaps sensoriels et les handicaps psychiques, mentaux et intellectuels devront être davantage pris en compte.

Il est également relevé que les statistiques concernant l'accessibilité sont des statistiques globales et qu'il serait plus pertinent de réaliser des statistiques par handicap.

Nous faisons également remarquer que les pourcentages des bâtiments communaux mis en accessibilité sont toujours présentés sous forme de graphiques avec différentes couleurs, et que cela n'est pas parlant pour les personnes aveugles assistant à cette commission. Nous aimerions avoir le pourcentage que représente chaque couleur par rapport au parc des bâtiments communaux.

Hors réunion, la question de l'installation d'un feu sonore au niveau du Mémorial est posée. Malheureusement, il semble que l'implantation d'un feu tricolore à cet endroit ne soit pas possible pour des raisons techniques liées au câblage. Tout au plus, on peut réfléchir à un aménagement de la traversée pour que celle-ci soit plus sécurisée (traversée en deux phases avec îlot central par exemple).

Cette réunion se termine par un échange autour d'un verre.

Enfin, Jean et moi-même profitons de ce compte-rendu pour remercier Guénaëlle de nous avoir raccompagnés à notre domicile.

Rédigé par Nicolas Fortin et Jean Poitevin, le 12 décembre 2014.

***