Emploi et l'intéressement pour les personnes handicapées

Publié le : 19/09/2008
Auteur(s) : Agence France Presse

Résumé : La secrétaire d'Etat chargée de la Solidarité, Valérie Létard, a précisé les contours d'une Emploi : 'réforme' de l'intéressement pour les personnes handicapés.

 

    PARIS, 19 sept 2008 (AFP)

    Mercredi, la ministre avait rappelé qu'un mécanisme s'inspirant du Revenu de solidarité active (RSA) serait mis en place en 2009 pour les personnes handicapées.
    Annoncée le 10 juin dernier par Nicolas Sarkozy lors de la Conférence sur le handicap, la réforme de l'AAH (allocation aux adultes handicapés) vise à simplifier et rendre plus équitable le dispositif,  souligne la ministre.

    Le mécanisme de cumul des allocations entre AAH et revenus d'activité existe depuis la loi de 2005 :
cumul intégral durant une période de 13 à 24 mois, puis cumul partiel non limité dans le  temps, grâce à l'application d'abattements sur les revenus d'activité entrant en compte pour le calcul de l'allocation.
    Le dispositif, souligne Mme Létard, n'a pas montré son efficacité, puisque 8% seulement des bénéficiaires de l'AAH cumulent salaires et allocation (contre 20% chez les Rmistes).
    Envisagée dans le projet initial du revenu de solidarité active, l'intégration de l'AAH dans le RSA "n'est pas opportune", souligne la ministre, car les handicapés ont "des difficultés propres" liées à  la santé, et non à la situation du marché du travail, notamment.
    La réforme prévoit un cumul intégral "pendant une période fixe", que la ministre ne précise pas, puis un cumul partiel ajusté en fonction des ressources tous les 3 mois, au lieu de deux ans  aujourd'hui, et dont le dispositif est simplifié.

 

    La personne handicapée qui quitte un emploi bénéficiera de l'AAH dès le premier jour d'inactivité et non au bout d'un an comme aujourd'hui.
    Mais les revenus des conjoints devraient toujours être pris en compte pour le calcul de l'AAH, contrairement au souhait des associations.
    Les personnes handicapées bénéficieront d'un accompagnement vers l'emploi par des partenaires spécifiques, et la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé sera automatique.

***