compte-rendu du test de la sonorisation des bus de la société Twisto du 27 février 2012

Le lundi 27 février, sur la ligne de bus liane 1, a eu lieu une deuxième séance de tests portant sur l'accessibilité des bus pour les aveugles et malvoyants et les personnes en fauteuils roulants.

Etaient présents le président de Viacités, des personnels de Viacités et Twisto. Trois personnes représentaient les associations d'aveugles et malvoyants (Cécitix et AVH), l'une d'elles étant accompagnée par un bénévole des Auxiliaires des Aveugles. Etaient également représentées les associations de handicapés moteur, notamment l'APF.

Ce test s'est déroulé sur un parcours allant du théâtre à la gare SNCF et retour.

Au préalable un test a été fait portant sur le distributeur de billets de l'arrêt Caen Théâtre. Pour celui-ci :
- sonorisation correcte ;
- bouton de déclenchement de l'audio peu identifiable du fait d'un graphique en relief non significatif tactilement ;
- molette de sélection extrêmement souple qui nécessiterait l'ajout de crans de façon à se positionner plus facilement sur l'option choisie ;
- impossible de savoir si le clavier qui permet de saisir son code carte est en mode téléphone ou en mode ordinateur.
Pour les handicapé moteurs en fauteuils, l'essai a montré que la hauteur des commandes était trop importante. De plus, le dégagement par rapport à l'angle du mur est insuffisant (rappelons que pour les platines interphones, par exemple, ce dégagement par rapport à l'angle du mur est de 40 cm)

Sonorisation
Celle-ci se décline en deux phases : une phase extérieure et une phase intérieure.
- La phase extérieure se déclenche par utilisation de la télécommande utilisée pour les feux tricolores au moment de l'ouverture de la porte du bus. Elle indique successivement l'arrêt en cours, puis le numéro de la ligne et sa direction (ex. : arrêt Caen théâtre liane 1 direction Mondeville).
- La phase intérieure, déclenchée automatiquement et qui peut être répétée par utilisation de la télécommande, se déroule en deux temps :
Après avoir quitté l'arrêt, le message est : « prochain arrêt quai Meslin » par exemple ;
Juste avant d'arriver à l'arrêt : « arrêt quai Meslin » par exemple.
Il n'a été constaté aucun dysfonctionnement dans le déroulement de ces phases.

Néanmoins, il a été noté, à la fois par les personnes aveugles et malvoyantes ainsi que par le Président de Viacités : - un niveau sonore insuffisant particulièrement pour la phase dite intérieure ;
- la nécessité de marquer une différence entre messages extérieurs et intérieurs par l'utilisation de voix différentes ;
- le manque de logique du message extérieur qui annonce d'abord l'arrêt alors que l'information importante est l'indication de ligne.

Concernant l'accès pour les fauteuils roulants, il est difficile de donner un avis. Il semble que celui-ci se fasse en deux temps : ouverture de la porte pour les personnes valides, puis nouvelle ouverture avec accès pour les personnes handicapées moteur.
La question de l'accès des poussettes par le même procédé n'a pas été posée. Il semble en outre qu'une des personnes handicapées moteur avait quelques difficultés à manoeuvrer son fauteuil électrique pour accéder au bus, et dans le bus lui-même.

Une étude est engagée dès maintenant pour mettre en place un accès sonore aux informations extérieures (ex. : temps d'attente, etc.).

Il a été constaté d'ores et déjà que les tailles des caractères sur les panneaux d'affichage étaient insuffisantes et que la police de caractère "noir sur gris" était difficilement lisible.

Lors de notre retour par la ligne 3 qui n'est pas complètement équipée, nous avons constaté un dysfonctionnement dans le déroulement des phases intérieures : l'information « prochain » était parfois erronée car indiquant l'arrêt que l'on vient de franchir.

Pour conclure, Monsieur VEVE, Président de Viacités, a souligné que ce qui était important c'était la mise en œuvre des outils d'accessibilité installés. Il a noté en particulier que pour l'accès des handicapés moteur, il n'était pas certain que ces outils auraient été déployés si nos associations ne les avaient pas demandés. Nous lui avons également fait remarquer qu'il était aussi important de veiller à ce que les conducteurs ne s'adonnent pas à une non mise en œuvre de ces outils, ne les mettant en service que lorsqu'une canne blanche se présente, par exemple. En effet, certaines personnes malvoyantes ne se déplacent pas avec un signe distinctif et des personnes un peu fragiles peuvent être rassurées par la présence de la sonorisation. Il est donc essentiel que ces outils soient mis en œuvre en permanence et non de façon ponctuelle.

Rédigé par Jean Poitevin, le 7 mars 2012.

***