Compte rendu du test d'accessibilité du quai TVR du Calvaire Saint-Pierre

Des associations d'handicapés et des responsables du réseau de transport urbain caennais se sont réunis le mercredi 15 octobre 2003 à la station de TVR Calvaire Saint-Pierre pour l'examen de la bande de vigilance podo-tactile; l'examen du pictogramme "fauteuil handicapé" et l'examen de l'aménagement des panneaux en drapeaux.

1. - Bande podo-tactile :

une bande podo-tactile de couleur a été ajoutée le long du quai. Son but est de permettre :
- Un meilleur repérage du bord du quai par les malvoyants
- Un meilleur guidage des aveugles le long du quai et vers les pentes de sorties

Il a été admis que la couleur blanche proposait un contraste suffisant pour que les mal voyants puissent repérer aisément le bord quai. Concernant la largeur, il a été demandé que celle-ci soit plus grande (augmentation de moitié). Le relief a été jugé insuffisant de façon générale et surtout peu détectable lorsque l'on se trouve près des pentes de sortie de quai. En revanche cette bande a montré combien elle pouvait rendre service car elle permettra de se guider directement vers les pentes de sortie et d'éviter ainsi les "trous" souvent évoqués.

Photo dune station TVR

Sur ce clichet, nous pouvons constater que le trou de fin de quai est dangereux pour une personne handicapées visuelles.

2. - Le pictogramme :

Il apparaît qu'il est peu détectable par la canne ou le pied. D'autre part, après enquête il s'avère que les aveugles et mal voyants auront plus intérêt à monter en queue ou en tête de rame pour pouvoir gagner la sortie du quai plus vite. Il a donc été suggéré que des bandes perpendiculaires soient apposées sur les quais au droit des portes du TVR au centre du quai et de préférence en direction des portes arrière et avant. La matière de ces repères reste à déterminer. Certains ont évoqué d'utiliser le même genre de revêtement que celui utilisé pour les jeux sur les trottoirs (Exemple : rue de Bernières).

Photo d'une rame TVR

Ce clichet d'un quai TVR fait bien apparaître que nous n'avons aucun repère au sol pour nous indiquer l'emplacement des portes des rames.

3. - Panneau en drapeau :

La société Ducaux, suivant en cela les suggestions de la première réunion du mois de juin, a proposé un nouveau système composé d'un plot vertical auquel est adjointe une barre horizontale devant empêcher la canne de passer sous le panneau. Ce modèle a donné toute satisfaction. Il a été simplement suggéré que la barre horizontale soit légèrement descendue pour limiter encore l'espace situé entre cette barre et le sol.

Note : certaines discussions ayant eu lieu pendant cette réunion, il convient de redire ici quel est l'objectif de ces aménagements.

Nous savons très bien que la population des aveugles et mal voyants est très hétérogène et que parmi eux se trouvent des personnes disposant d'un bagage technique de très haut niveau leur permettant de se jouer de la plupart des embûches rencontrées dans l'espace urbain. A contrario, nous savons aussi qu'il existe des personnes très peu habiles et toute une population se situant entre ces extrêmes. L'objectif de ces aménagements doit à notre sens pouvoir s'adresser aux personnes les moins mobiles, les moins hardies pour que, sachant l'espace urbain mieux sécurisé, elles osent s'aventurer en ville et regagner une partie de leur autonomie perdue. Tout aménagement doit concourir à atteindre cet objectif. Les moins dégourdis ne s'en plaindront pas et les plus habiles y trouveront aussi leur compte quoiqu'ils en disent. Vivre dans une philosophie de défi permanent et de performance maximum n'est pas le meilleur chemin vers l'intégration du plus grand nombre.

Rédigé par Jean Poitevin, le 26 octobre 2003.

***