Compte-rendu de notre visite du salon Autonomic de Paris

Le 9 juin dernier, comme tous les deux ans, quelques membres de Cécitix sont allés passer une journée au salon Autonomic qui se tenait Porte de Versailles à Paris. Nous aurions pu être 6 participants déficients visuels, mais la crainte d'embarras à cause de la grève dans les transports a entraîné une contraction du groupe à 3 personnes handicapées visuelles et leurs accompagnants. Ceci est dommage, car les intérêts des uns et des autres étant très divers, plus le groupe est important, plus la fréquentation des stands est diversifiée et enrichissante.

Concernant le pôle informatique, rien de bien nouveau à l’exception d’une jeune entreprise, "hypra", qui propose une solution « clé en main », avec formation comprise, entièrement sous Linux.

Du côté de l'adaptation des smartphones, l'offre se diversifie. Telorion, sous le nom de Claria, propose en association avec la société Doro un smartphone muni d'un clavier en relief en élastomère. Il ne s'agit pas d'une réelle innovation mais d'une évolution de ce concept. Ce qui est à saluer car certaines innovations naissent à l'occasion d'un salon puis s'évanouissent, ce qui pose problème pour les utilisateurs séduit par le produit "comète".

A côté de Claria, deux autres options sont proposées :

- celle de Kapsys qui présente un smartphone entièrement conçu pour les aveugles et malvoyants. La solution ne part pas d'un smartphone du marché mais d'un produit spécialement fabriqué par Kapsys qui intègre non plus un clavier élastomère mais un vrai clavier comme on en trouve sur les téléphones mobiles Nokia par exemple ou sur le kapten de Kapsys.
Il est difficile de comparer les performances de ces deux solutions. Le prix de Kapsys est de 599 euros alors que celui du Pack 8030C de Claria comprenant le Doro 80231 et l'adaptation Claria est au prix de 499 euros.

- Celle présentée par Accessolution, Blindshell, développée par une société tchèque. Ici aussi, on a un clavier intégré. Le prix est beaucoup moins élevé (249 euros), mais il semble à la lecture de la fiche technique que les options soient beaucoup plus limitées et que l'on soit dans ce cas de figure plus près d'une option téléphone mobile que d'un concept smartphone.
Notons que nous avons manqué de temps pour voir physiquement ce dernier modèle.

Concernant les sociétés fournisseurs d'informatique et de nouvelles technologies, on constate une évolution vers le "commercial multicarte". Il y a quelques années, certains fournisseurs se concentraient sur un type de produit, une marque voire deux. Cette spécialisation tend à disparaître de même que la spécialisation des démonstrateurs qui, étant donné le nombre de produits proposés, semblent parfois un peu perdus.

Autre innovation apparue il y a quelques mois, la tablette adaptée proposée par Insidevision. Là aussi le manque de temps pour examiner le produit et le manque de présence du démonstrateur sur le stand ne nous a pas permis d'aller très avant dans le maniement de la tablette.
Il s'agit d'une tablette format A4 munie dans sa partie inférieure d'une barrette Braille. Sur la vitre elle-même se trouvent des creux ovoïdes simulant un clavier Braille. De part et d'autre du clavier, deux rigoles verticales, et en-dessous, une rigole horizontale. Dans ces rigoles, soit par des glissés soit par des appuis des doigts, on peut agir sur le logiciel qui semble être une version de Windows 10.

Concernant l'accès à la culture, l'offre s'est considérablement réduite par rapport à 2014. On constate l'absence de beaucoup de fournisseurs de produits culturels. Par exemple, nous n’avons pas trouvé le stand de Benjamin Médias ou de l’association « Les Doigts Qui Rêvent ».

Le fait que certaines associations ou sociétés se regroupent sous une seule bannière rend parfois la recherche un peu délicate. Il est possible que les associations citées se soient rendues invisibles en se regroupant sur un même espace.

Nous avons rendu visite au stand de l'imprimerie Laville qui semble être, actuellement, la seule société proposant l'impression de reliefs sous différentes formes. C’est d’ailleurs à cette imprimerie que s'adressent de plus en plus d'entreprises et de services publics pour la réalisation de documents adaptés, comme à Caen pour l’église Saint-Georges ou la Glacière de la rue d'Authie.

A noter les documents remarquables proposés par la Fédération des Aveugles de France en partenariat avec le Louvre et la Cité des Sciences qui enrichissent chaque année leur catalogue grâce au travail notamment de Hoëlle Corvest et de Christian Bessigneul. Nouveau cette année, la tapisserie de l'apocalypse du château d'Angers.

Finalement, notre voyage s'est déroulé dans les meilleures conditions possibles avec juste un retard du train de retour qui n'a en rien troublé la bonne humeur du petit groupe.

Nous remercions nos accompagnants pour leur chaleureuse compagnie, leur efficacité et aussi une curiosité toujours en éveil.

Rédigé par Jean Poitevin, le 29 juin 2016.

***