Inauguration de l'atlas tactile et couleurs de la ville de Caen le 17 avril 2014

Le jeudi 17 avril 2014, une cinquantaine de personnes étaient présentes à la maison des Associations de Caen pour assister à la présentation du projet auquel travaille l'Association Cécitix depuis environ dix ans : un atlas tactile et couleurs de la ville de Caen.

La présidente de Cécitix, Emmanuelle Gousset, a accueilli les personnes présentes et remercié ceux qui ont participé à ce projet, en particulier le groupe de travail de l'association et les donneurs de voix pour les guides audio, ainsi que les organismes qui ont contribué par leurs financements à sa réalisation. Elle a ensuite donné la parole à Madame Emilie Freymuth, élue de la municipalité de Caen représentant le maire. Celle-ci a affirmé les engagements de la nouvelle municipalité en faveur de l'accessibilité des personnes handicapées et a, par sa présence, confirmé une certaine continuité dans la politique menée en concertation avec les associations concernées.

Emmanuelle Gousset a alors passé le relais à Mathilde Soudée et Jean Poitevin qui ont présenté le projet d'atlas tactile et couleurs de la ville De Caen.

Celui-ci se présente sous la forme d'un coffret contenant 38 cartes en relief et en couleur montrant la ville de Caen sous différents aspects. Tactile et couleurs : ceci est essentiel. Cette double représentation que l'on qualifie également de « tacto-visuelle », permet à la fois aux aveugles et aux malvoyants d'avoir accès à un même document et de n'en pas exclure les personnes « voyantes ». On se situe donc dans un champ d'intégration triple : aveugles, malvoyants et voyants qui vont pouvoir échanger autour d'un outil commun.

Ce projet a d'abord donné lieu à la rédaction d'un cahier des charges qui a été respecté dans ses grandes lignes. Les objectifs à atteindre étaient les suivants :
- Permettre aux aveugles et aux malvoyants comme tout un chacun de se repérer dans la ville. Lorsqu'une personne souhaite connaître où est située une rue, un monument, un bâtiment, elle sort un plan d'un tiroir ou va l'acheter à la maison de la presse de son quartier. Désormais, les personnes déficientes visuelles pourront elles aussi bénéficier d'un tel plan.
- Un autre objectif était de donner la possibilité de mieux connaître le tissu urbain et d'apporter des informations sur la manière dont celui-ci s'est peu à peu construit en fonction des contraintes géographiques et des évolutions historiques.
- Un troisième objectif déjà évoqué plus haut, était de permettre un échange entre aveugles, malvoyants et voyants et donc de faire de cet atlas un outil d'intégration.

Cet atlas, pour faciliter une représentation progressive de l'espace urbain, devait être conçu avec plusieurs niveaux de représentation allant du global au détail. De plus, la perception tactile étant moins performante que la perception visuelle et ayant ses propres spécificités, il était nécessaire d'emblée de poser le principe de « compromis », trop d'information nuisant à la lecture tactile, et trop peu d'information rendant le projet sans intérêt. C'est ce que nous qualifierons de « principe de compromis tactile ».

Le cahier des charges étant rédigé et une équipe étant mise en place au sein de l'association Cécitix, il nous restait à trouver une compétence capable de mettre sur le papier les idées que nous avions développées, élaborées à partir de nos expériences et de nos intuitions.
Après quelques années de prospection passées à continuer à confronter nos idées avec des outils déjà conçus par le passé, nous avons été mis en contact avec une étudiante en Master 1 de Géographie à l'Institut de Géographie de Caen qui travaillait sur l'accessibilité. Celle-ci a accepté de nous accompagner dans notre projet. L'équipe était alors constituée et marquait dans sa composition cette volonté d'intégration qui nous est chère : trois personnes aveugles (cécité d'origines diverses), une personne malvoyante et une personne voyante.

Ces trois dernières années ont été consacrées à tester nos idées, d'abord à partir de planches exécutées avec un crayon 3D. Puis, nous sommes passés à une réalisation sur ordinateur permettant un dessin beaucoup plus précis offrant la possibilité de tests sur planches réalisées sur papier thermo-gonflable. Ces fichiers informatiques après avoir été validés ont été fournis à l'imprimeur qui a pu ainsi réaliser les cartes finales en utilisant une technique de gaufrage.

Nous ne décrirons pas ici le déroulement de ces trois années de tests et les changements d'orientation du projet qu'ils ont induits. Ce qu'il faut retenir, c'est qu'ils ont été « essentiels » et ont permis d'affiner notre cahier des charges de départ et d'éviter des erreurs de conception importantes. Dans ce type de projet, ces phases de tests avec des utilisateurs concernés sont une condition indispensable pour atteindre une ergonomie cohérente.

L'atlas se compose de 38 cartes réparties en trois catégories.
- La première catégorie constituée d'une seule carte représente Caen dans un environnement géographique et administratif plus large : l'Agglomération Caen la Mer. C'est une carte très simple qui montre les contours des communes de l'Agglomération (traits noirs continus), les cours d'eau qui structurent le paysage (Orne, canal et Odon, sous formes de traits pointillés de couleur bleue), et la mer (surface hachurée de couleur bleue).

- La deuxième catégorie se compose de quatre cartes qui représentent Caen sous différents aspects :

  • Caen montrée avec ses différentes structures géographiques : cours d'eau, espaces verts, périphérique, Tramway ;
  • Caen avec ses axes de circulation principaux ;
  • Caen et ses vingt quartiers (Définition INSEE) ;
  • Caen découpée en 33 carrés de taille égale.

- La troisième catégorie composée de 33 cartes, montre Caen selon le découpage décrit dans la représentation précédente. Une 39ème carte montre la charte graphique des couleurs et éléments tactiles utilisés.

Charte graphique utilisée
De Même que la définition en trois catégories et le découpage en 33 carrés ont été décidés au cours des réunions de tests, le choix des éléments tactiles et colorés a donné lieu à une sélection orientée par l'expérimentation des membres de l'équipe de travail et les propositions de l'imprimeur spécialiste de ce genre de production. Il est important à ce stade de dire combien la collaboration avec un imprimeur habitué à ce genre de travail est essentielle. De fait, il faut établir un compromis (encore un) entre ce qui est souhaitable et ce qui est techniquement possible. Le choix de l'imprimeur est donc prépondérant.

Liste des éléments tactiles et colorés

  • Rues non nommées : trait fin continu couleur noire
  • Rues nommées : début et fin marqués par un gros point noir, et trait en pointillé trait plus épais de couleur noire
  • Voies ferrées : tirets "rails" ; couleur orange
  • Tramway : tirets, couleur violette
  • Périphérique : double trait, couleur noire
  • Contour de Caen : trait très épais, couleur noire
  • Espaces verts : surface de couleur verte ; relief : nuage de points très compact
  • Cimetières : couleur violette ; nuage de points de faible densité
  • Cours d'eau : surface de couleur bleue ; relief : trait composé de hachures
  • Indications des rues : caractères Braille et caractères agrandis de couleur noire placés à l'extrémité ou au centre du trait
  • Places : cercles de couleur noire
  • Monuments : rectangles de couleur noire
  • Édifices religieux : croix de couleur noire
  • Contour des communes : trait continu de couleur noire
  • Cours d'eau dans l'agglomération Caen la mer : trait formé de tirets de couleur bleue

Index et guides audio
Les informations en Braille et caractères agrandis ne pouvant être imprimées dans leur intégralité sur les cartes, les noms des rues places et monuments ont été représentés par des codes d'une, deux ou trois lettres. Ces codes sont consignés dans un livret sous forme d'une liste alphabétique comprenant en alternance une page en caractères agrandis et une page en Braille. Un document audio reprenant ces codes carte par carte à été enregistré permettant une recherche, non plus à partir du nom des rues, des places ou des monuments mais à partir du code lui-même. Pour aider à la découverte des cartes, un « guide audio » a été rédigé et enregistré au format Daisy donnant en plus de la description de chaque carte des informations complémentaires sur la géographie et l'histoire de la ville.
Nous devons ici remercier tout particulièrement les quatre courageux volontaires qui ont accepté de donner leur voix et leur temps pour l'enregistrement de ces guides : Martine, Sylvie, Philippe et Patrick.

Après cette présentation, la salle a pu poser quelques questions. Ont notamment été évoquées les possibles modifications, facilitées par le format en feuillets indépendants, la distribution, gratuite aux personnes déficientes visuelles. Monsieur Fustier, de l'imprimerie Laville, a tenu à souligner le fait qu'à ce jour, et à sa connaissance, cet atlas est une réalisation unique en Europe. Il a insisté sur la nécessité de réfléchir à la réalisation d'un récit de nos réflexions pouvant profiter à tous pour transposer ce projet à d'autres villes de France.

Enfin, Emmanuelle Gousset a invité les personnes présentes à échanger autour d'un « verre de l'amitié ».

Liste des partenaires. Sans qui, ce travail n'aurait jamais vu le jour.
Ce projet, mené en partenariat avec la ville de Caen, a été soutenu par l'Agglomération Caen la Mer, le Conseil Général du Calvados, la Fondation de France, la Fondation Harmonie Solidarité, le Fonds Handicap & Société par Intégrance, les Opticiens Mutualistes, les Bouchons d'Amour, les magasins Leclerc et Cora. L'imprimerie Laville, à Paris, en a assuré l'impression.

Rédigé par Jean Poitevin, le 27 avril 2014.

***